Risques dans l’industrie automobile: Produits chimiques dans l’automobile

Julien Boyer a travaillé comme mécanicien automobile pendant des années sans trop se préoccuper de sa santé. „J’étais souvent fatigué, mais je pensais que la plupart des mécaniciens étaient fatigués de travailler si dur. Tomber malade semblait être une conséquence commune à ma profession. Ce n’est que lorsque j’ai commencé à développer des infections plus sévères et que mon corps a commencé à refuser les antibiotiques lors d’un traitement, que j’ai pensé que quelque chose d’autre m’arrivait.”

Quand Julien a finalement vu un spécialiste, il a appris qu’il était atteint d’une forme rare de leucémie. Ceci, découlant directement de son exposition aux produits chimiques, dont les solvants et autres que l’on retrouve dans les ateliers automobiles. Pour ne pas se mettre plus en danger, Julien a dû se résoudre à abandonner sa carrière dans l’industrie automobile. Afin de tenter de sauver d’autres mécaniciens du même sort, il est devenu musicien, pour sensibiliser sur les dangers des produits chimiques automobiles.

Quels produits chimiques dans l’atelier automobile présentent un risque?

De nombreux produits chimiques présents dans l’industrie automobile présentent un risque d’effets secondaires graves si les travailleurs ne sont pas correctement protégés. La leucémie de Julien a été causée par un produit chimique appelé benzène, que l’on retrouve fréquemment dans de nombreux produits à base de pétrole. Selon l’Administration de la sécurité et de la santé au travail, «l’exposition à long terme [au benzène] peut affecter la production de moelle osseuse et de sang. L’exposition à court terme à des niveaux élevés de benzène, peut causer de la somnolence, des étourdissements, des évanouissements et peut aussi être cause de décès. »

Ce sont les effets d’un produit chimique dangereux. Les techniciens d’automobile travaillent avec un grand nombre de produits chimiques de ce type, dont ceux à base de pétrole, les nettoyants pour freins, les peintures automobiles, les carburants, les huiles et les solvants.

Avec une exposition répétée à ces produits chimiques, les dommages peuvent être irréversibles. Un mécanicien canadien pour qui l’exposition à un mélange de solvants était régulière, les effets ont dépassé le stade de sa santé physique. Patrick a développé un trouble neurologique dû à une exposition chimique qui a entraîné des changements de personnalité importants. Il est devenu irritable et agressif, surtout envers sa famille, alors que sa capacité à se concentrer diminuait. Les dommages subis par son cerveau auraient pu être évités, mais désormais ils étaient devenus irréversibles. Patrick travaillait avec des produits chimiques dans une zone de travail non ventilée et il ne portait pas d’équipement de protection individuel tel que, des gants jetables. Si lui et son employeur avaient été conscients des risques, ils auraient pu prendre des mesures pour protéger la santé de Patrick.

Les propriétaires de magasins et les distributeurs de fournitures automobiles doivent être conscients des problèmes de sécurité liés aux produits chimiques automobiles, car ils ont la responsabilité légale de protéger leurs employés. Pour certains produits chimiques, tels que les isocyanates (présents dans les peintures automobiles), les mécaniciens sont conscients des risques respiratoires. Cependant, ils peuvent ne pas être informés, sur les meilleurs moyens d’éviter l’exposition de la peau et d’autres types de contamination. Les effets secondaires de l’exposition aux isocyanates sont la dermatite, la bronchite chimique, l’urticaire et l’enflure. L’étude sur la sécurité et la recherche pour la prévention, a contrôlé les ateliers de peinture automobile à travers le pays et a découvert que 85% de leurs employés utilisaient des gants pour peindre, tandis que la moitié préférait les gants en latex. Ce qu’ils ignorent clairement, c’est que les gants en latex n’offrent pas une protection adéquate contre les isocyanates: le produit chimique s’infiltre facilement dans le gant. Parce que la contamination par le gant n’est pas visible, les travailleurs peuvent ne pas savoir que leurs gants jetables ne les protègent pas.

Tout aussi inquiétant, certains produits chimiques prennent beaucoup de temps à se dissiper. Les isocyanates, en particulier, ne sont pas solubles dans l’eau et ne sont donc pas facilement éliminés sur la peau ou les vêtements. Cela signifie que si les travailleurs ou leurs vêtements sont couverts de produits chimiques, ils peuvent les propager dans d’autres parties de l’atelier automobile. Ces produits chimiques ne disparaissent pas non plus lorsque les employés quittent leur lieu de travail. Leurs chaussures et leurs vêtements peuvent contaminer leurs foyers et ainsi infecter leurs familles.

Comment les mécaniciens automobile peuvent-ils être protégés?

Afin de protéger la santé des travailleurs et leurs familles, les garagistes et les concessionnaires automobile, doivent fournir à leurs employés l’équipement de protection individuelle appropriée. Les premiers prescripteurs en la matière, sont les distributeurs dans le secteur de l’automobile, conscients des risques courus par les acteurs du secteur et connaissant les équipements de protection indispensables, pour se protéger contre l’exposition répétée aux produits chimiques. Par exemple, les gants jetables en latex sont déconseillés pour l’industrie automobile car le latex est un matériau organique et peut donc se décomposer au contact des solvants et des autres produits chimiques dans l’atelier automobile. C’est pourquoi les produits chimiques en peinture automobile (isocyanates) peuvent encore contaminer les travailleurs, même s’ils portent des gants jetables.

Le meilleur matériau en gant jetable pour l’industrie automobile est le nitrile. Le nitrile est un produit à base de pétrole et il est utilisé contre les produits chimiques à base de pétrole dans les garages et les concessions automobiles (comme les solvants). Les gants en nitrile procurent toujours aux mécaniciens le confort qu’ils recherchent dans une paire de gants jetables. Le matériau se réchauffe et est plus respirant qu’un gant non texturé, ce qui peut apporter un confort supplémentaire aux travailleurs. La texture donne également une meilleure adhérence aux mécaniciens lorsqu’ils travaillent avec des outils ou des instruments humides.

En plus des gants jetables, les garagistes et les concessionnaires automobile doivent fournir d’autres équipements de protection individuelle tels que des masques. Une bonne ventilation de l’atelier est également essentielle pour assurer la sécurité des travailleurs. Si des mesures sont prises pour protéger la mécanique, les risques d’exposition aux produits chimiques dans l’atelier automobile peuvent être aussi atténués. La première étape est d’informer et de mobiliser les garagistes et les concessionnaires, ainsi que les distributeurs du secteur automobile, sur les risques encourus.